vendredi 25 juin 2010

le sursaut

Un essai de vers ci-dessous. Impressions, avis très bienvenus !


Le sursaut


Je ne suis qu’un sursaut

Un triste rappel

Je sonne l’assaut

Au tout petit réveil

Tu m’oublies aussitôt

tes yeux entrouverts

Mais je reste tapie

Dans l’ombre de ton agitation

Si futile


Je ne suis qu’un sursaut

Une piqûre acide

Qui te laisse boiteux

L’espace d’un instant

Ta vigueur m’écrase

Tu voudrais m’écharper

Mais je m’esquive si vite

dans un introuvable refuge

Au plus profond

de ta conjonctivite


Je ne suis qu’un sursaut

Une gerçure fugace

A la surface aride

Tu me camoufles d’un geste

Tu es bien ridicule

Mais moi, je reste

Coincée quelque part

Prête à germer

A la moindre occasion

Ne tente pas

… l’occasion.


Je ne suis qu’un sursaut

Un déséquilibre bancal

Une improbable fausse route

Mais j’apparais, notable,

Et te voilà saisis d’un doute

Un étranglement subtil

Te suggère de crever ici-même

A ce tout petit moment même

Ou peut-être de te ranimer

Qui sait ?


Je ne suis qu’un sursaut,

une fraction de toi

dans une vie de faussaire

en habit étroit.